Transit dans les imaginaires de la transition – Biennale des villes en transition 2017

Contribution à la biennale des villes en transition de la ville de Grenoble

Il était une fois… la rencontre entre un auto-stoppeur et LAHGGLO !

On peut dire que la rencontre entre LAHGGLO et Des Rives D’espaces s’est faite sur un concours de circonstances. C’est par une belle journée d’auto-stop en juillet 2016, en rentrant sur Grenoble que l’un d’entre nous se fait prendre en stop par une membre de LAHGGLO ! Il y aurait eu un autre gentil conducteur et pas de biennale des villes en transition pour nous !

De cette heureuse rencontre nos avons su que LAHGGLO travaillait sur la préparation de la biennale et nous a demandé de nous joindre à eux pour développer un protocole d’investigation pour aller à la rencontre d’un public peu à même de venir à ce type d’évènement.

Nous sommes rapidement partis sur l’idée d’être en présence sur l’espace public tout en questionnant les passants sur la transition… La transition ? Nos mots clés à nous c’est l’évolution des représentations, la convivialité, l’innovation sociale, le faire, la ré-appropriation de l’espace et du temps mais la transition, ça, non nous ne l’utilisons pas souvent !

Tout cela chemine dans nos têtes et fin décembre nous concevons deux petits objets. Le premier est ludique et attrayant et l’autre ne demande qu’à tracer son propre arpentage dans les chaumières de la métropole grenobloise !

Le premier objet se nomme « le Pliage » ! Nous le présentons au gens comme un jeu d’écriture car ce dispositif s’inspire d’un exercice d’écriture. L’objectif de ce pliage est de découvrir le sens que les gens mettent derrière les termes « territoires en transition ». L’objectif de ce jeu n’est pas de discuter directement sur « territoires en transition » mais sur un mot ou une expression que l’on pourrait associer à ces termes. Avant que le mot « transition » ne soit utilisé à toutes les sauces, dans tous les jargons et à toutes les tables un peu comme le « développement durable », nous avons souhaité écouter quelles histoires les gens avaient à nous raconter sur l’une de leur expérience, l’une de leur envie, un de leur souhait d’évolution, leurs interrogations ou leurs émotions…

Ce dispositif se résume en un mot évoquant un souvenir ou une anecdote, une pratique ou un geste, un ressenti et une image. Voici une démonstration :

Ce pliage a été proposé aux passants de divers lieux de la métropole grenobloise : des halles Sainte Claire au marché de Vif, de l’arrêt de tram Grand Place à la commune de Vizille, de l’école d’architecture au marché de Eve sur le campus et d’autres lieux encore…

Le second objet est une grille d’entretien que l’on appelle dans le jargon de l’éducation populaire une enquête de conscientisation. Alors non, nous ne cherchons pas à rentrer dans les têtes des gens pour leur offrir la bonne parole ! Cet outil sert davantage à ouvrir le dialogue entre deux personnes et à apprendre mutuellement de l’un et de l’autre sur une thématique donnée. Lors de l’entretien, il n’y a pas d’ « enquêteur » ni d’ « enquêté », mais deux personnes qui répondent chacune à leur tour aux questions. Cela permet de mieux se connaitre, de  comprendre le vision de l’autre, d’écouter et d’adapter son propre discours là où l’autre nous emmène. Alors ce n’est pas une enquête quantitative, avec lequel on peut produire des données palpables mais qui a pour qualité de faire sa vie sans que celui qui la crée en soit le seul détenteur…

Si vous souhaitez le faire avec un ami, un membre de votre famille, un collègue ou même avec votre amant, voilà le document :

enque_conscientisante

A lire : notre récit du weekend de la biennale Récit d’un weekend de mars